Dans le BioInfo de Juillet/août 2008 (n°81), il y a tout un dossier très intéressant sur "La sagesse des Instincts". Article qui relate bien, je trouve, notre façon d'être au monde et surtout notre manière d'avoir renier nos différents instincts. Une vingtaine d'attitudes instinctives méconnues ou mésestimées ont été répertoriées. J'en ferais donc l'inventaire dans le présent billet. Mes réflexions sur le sujet sont déjà relativement claires dans ma façon d'appréhender la nature humaine. Elles sont nourries d'une part, par un certain nombre d'articles, de livres, dossiers et diverses lectures glanées sur le net, mais aussi après avoir moi-même "expérimenter" si j'ose dire, l'écoute de cet allié précieux qu'est mon instinct, ma nature profonde en tant que mammifère, ce primate, ce "signe nu" comme l'a surnommé Desmond Morris.

Seulement voilà, même avec toute la bonne volonté du monde, ce n'est pas aussi simple qu'on le voudrait. Le monde moderne n'a eu de cesse que d'étouffer le feu de notre élan vital, réduisant à quelques braises crépitantes discrètement le souffle d'une vie pourtant issue du règne animal, celle par là même que nous nous efforçons tant bien que mal depuis plusieurs décennies déjà, à faire taire à tout prix. Non acceptée par notre société mais surtout par le côté bestial qu'il révèle en et de nous. Or, la pensée commune sait bien que nous sommes tout, sauf des bêtes que diable ! Bien sûr, il ne s'agit pas de se promener nu ou de vivre de pêche et ceuillète, ou encore de se prendre pour Tarzan, mais sachons tirer profit de ce que la nature nous a offert, en reprenant contact avec celle-ci parce qu'elle est signe de l'intelligence de notre espèce et propre à nos besoins instinctifs.

Pas si simple donc...Il ne suffit pas de vouloir se reconnecter ou encore, comme on l'entend bien souvent, de lâcher prise avec nos habitudes, notre culture. Pourtant, c'est cette même culture précisemment qui va nous permettre de prendre conscience de cette perte de la nature, de "réacquérir l'inné disparu ou étouffé".

L'instinct de naître autrement

"L'accouchement s'est transformé en acte médico-technique, quand ce n'est pas en intervention chirurgicale. La mise au monde est désormais planifiée, provoquée, monitorée, anesthésiée et dénaturée à grand renfort de drogues chimiques ou à coups de bistouri (...) Toujours est-il qu'un vaste mouvement de retour à une naissance plus naturelle et moins médicalisée se dessine..."

L'instinct de donner le sein

"Comme son nom l'indique, un mammifère est un porteur de mamelles (tiens, je viens de remarquer que dans le BioInfo, ils ont écrit le mot 'mamelle' avec 2 M...) (...) L'évidence aveuglante que l'allaitement est le meilleur des départs dans la vie est aujourd'hui allègrement confirmé par la science : non seulement le lait maternel est d'une richesse inimitable, mais sa composition évolue en fonction des besoins du bébé !". Une récente recherche canadienne vient encore de démontrer que les enfants nourris au sein étaient plus intelligents, ou avaient en tout cas un parcours scolaire plus brillant que leurs congénères "victimes" du biberon. L'air de rien c'est carrément la preuve que le rélfexe instinctuel est bon pour le quotient intellectuel. En d'autres termes, que la nature est mère de la culture"

L'instinct de porter les petits

"Le petit d'homme aspire instinctivement à se lover dans les bras de sa maman (...) et comme la nature est bien faite, les enfants portés se portant mieux, sont en meilleur santé que les enfants privés de ce contact privilégié ! Le portage a aussi l'avantage de sécuriser le nouveau-né (ils pleurent moins), ce qui renforce paradoxalement leur désir ultérieur de liberté et leur goût pour l'exploration."

En savoir plus "Peau à peau, technique et pratique du portage" d'Ingrid van den Peereboom (Ed. Jouvence)

L'instinct de manger sain

"C'est un fait l'être humain contemporain porte les mêmes gênes que ses ancêtres du paléolitique (...) Certains nutritionnistes recommandent au premier de se nourrir comme les seconds en privilégiant les aliments tels que la nature les prodigue. C'est le "régime paléo" aux Etats-Unis ou "ancestral" (ou "originel") sur le vieux continent."

L'instinct de jeûner

"Les animaux ingèrent instinctivement les aliments adaptés à leur physiologie digestive. Mais ils ont aussi le réflexe inné de s'arrêter de manger ! (...) Les bébés humains, c'est pareil : vous ne leur ferez rien avaler en cas d'épisode infectieux synonyme de fièvre. L'instinct de jeûner nous passe avec la prime jeunesse, mais il persiste en partie dans la baisse d'appétit accompagnant la plupart des pathologies (...) La naturopathie a même fait de l'abstinence alimentaire la pierre angulaire de son système thérapeutique. Une voie ardue ? Pas tant que ça, puisque nous jeûnons chaque nuit, et nous jeûnons chaque matin"

L'instinct de se soigner naturellement

"Les grands singes, par exemple, sélectionnent des plantes spécifiques quand ils présentent certains symptômes. Pour trouver de nouvelles molécules curatives, les firmes pharmaceutiques financent dès lors l'observation de chimpanzés ! Bref, le recours aux médecines naturelles témoigne d'une belle intelligence instinctuelle..."

L'instint de survie par la maladie

"Fuir ou lutter ? Quand aucune de ces deux réactions au danger n'est possible, l'animal devient malade (...) Or, l'homme aussi est un animal : s'il ne peut échapper au stress ou en combattre la cause, son cerveau archaïque va mettre en route un 'programme de survie' appelée maladie. Celle-ci n'est pas une malédiction, mais au contraire un 'effort de la nature pour me guérir' (...) Mais c'est le médecin Ryke Geerd Hamer qui a véritablement découvert le pot aux roses : grâce à lui, on sait maintenant que la maladie est une 'solution parfaite du cerveau' soumis à un conflit intense (conflictus = choc) (...) Il n'est pas rare que la simple prise de conscience de sa fonction instinctive suffise à 'déprogrammer' la maladie..."

L'instint de se dépenser physiquement

"Le mouvement et l'activité physique sont des 'instincts' qui déclinent avec le temps (...) nos ancêtres chasseurs-cueilleurs n'ont jamais connu l'oisiveté sédentaire. Le besoin de bouger est donc inscrit au coeur de nos cellules. Cela expliquerait pourquoi la pratique sportive favoriserait tellement la santé et la longétivité."

L'instinct de toucher

"De tous les organes sensoriels, la peau est le plus complet et le plus riche à la naissance (...) Mais en occident, le toucher reste un tabou tenace. Deux mains qui se serrent, deux joues qui s'effleurent, c'est souvent le maigre festin réservé à l'épiderme. Il est donc réjouissant d'assister aujourd'hui à un changement de tendance : les embrassades et accolades se normalisent, les formations aux massage se généralisent, la 'communication par le toucher' se popularise. Un regain qui trahit à quel point notre instinct du plaisir tactile a été refoulé."

L'instint de sentir et de goûter

"Etre de langage, le bipède humain a logiquement privilégié le sens de l'ouïe et celui de la vue relèguant ceux du toucher, du goût et de l'odorat à des places secondaires. Nous baignons perpétuellement dans un flux d'odeurs artificielles. La première chose à faire est de bannir tous les parfums de synthèse qui agressent nos narines, via les cosmétiques et les produits d'entretien chimiques, mais aussi via les aliments industriels !"

L'instint de séduire sans artifice

"Sur le plan de la séduction l'instinct est omniprésent mais on le camouffle avec des appâts artificiels tels que mascara, wonderbra,...le retour à plus de naturel ne serait pas de refus."

L'instint de se reproduire

"Y a t-il un instinct plus baffoué que celui-là ? Les chiffres sont là : en occident la natalité est dramatiquement basse; et ailleurs les statistiques indiquent un net ralentissement de la croissance démographique (...) Si les tendances actuelles persistaient, il n'y aurait plus que quelques dizaines d'habitants sur la planète vers le milieu du troisième millénaire. Evidemment, cela n'arrivera pas : l'instinct de perpétuer l'espèce humaine prendra le dessus. Il serait donc très sage de libérer l'instinct de reproduction pour éviter le crash."

L'instinct de gérer les naissances

"Le phénomène de grossesses très rapprochées est relativement récent. Dans les sociétés ancestrales, on estime que la femme accouchait au maximum tous les deux à trois ans. Normal : l'allaitement maternel a comme effets connexes de brider la libido et de retarder le retour des règles. La chercheuse Anna Flynn a ainsi repéré deux indices de fertilité qui ne trompent pas : la consistance de la glaire cervicale et la position du col de l'utérus (...) Le taux de réussite de cette triple approche (température en plus) est comparable à celui de la pilule contraceptive !"

L'instint de se dénuder

"Historiquement l'essor du naturisme est d'ailleurs lié à celui des médecines naturelles et à l'apparition de thérapies nouvelles combinant les bienfaits de l'air, de l'eau et du soleil (sans oublier la pratique de diverses disciplines sportives). Le naturisme se fonde aussi sur une conception de la vie prônant la tolérance et de respect des autres et de soi-même."

L'instinct d'évoluer dans l'eau

"Avant d'être terrestres nous fûmes marins. Il nous est resté l'aptitude innée à nager."

L'instinct de se relier à la nature

"Des recherches ont montré que le simple accès à un jardin est bon pour la santé. La montagne booste les globules rouges, tandis qu'un séjour à la mer purifie les poumons, fait baisser la tension et améliore le sommeil. Tous ces indicateurs qui passent au vert dès qu'on quitte la ville, c'est bien la preuve que notre mémoire cellulaire aspire au grand air et au contact étroit avec la nature."

L'instinct de se reconnecter à ses rythmes

"Jour, nuit, été, hiver. Repos, action...Il y a un temps pour tout. D'instinct, notre horloge interne est synchronisée avec les rythmes universels. C'est dans notre nature d'être soumis aux flux et reflux d'énergie vitale (...) Selon Marc Schwob, 'Nous agissons à contretemps des saisons. En vacances l'été nous nous reposons, alors que l'organisme est à son apogée et devrait s'affairer, bouger, éliminer. Alors que l'hiver nous travaillons."

L'instinct d'exprimer ses émotions

"Du côté de l'anthropologie, six émotions universelles ont été repérées : la joie, la surprise, la peur, la colère, le dégoût et la tristesse. Autrement dit, on n'apprend pas à exprimer ses émotions de base, on apprend seulement à les réprimer."

L'instinct de chanter

"La voix est une voie du transmission du vivant", résume Marie-Claude Van Lierde. Contrairement aux idées reçues, d'instinct tout le monde chante bien. Mais la voix, miroir sonore de notre intériorité, a subit les altérations des hauts et bas de notre parcours perso. Elle est juste si elle est accordée à l'être : cette part de nous instinctive qui connaît notre son-vérité. Il suffit pour ça d'entendre la voix - pure énergique souflle/son -qui jaillit du nourrisson. Ne connaissant pas encore la position verticale (et la boule d'angoisse dans la gorge), celui-ci est en lien étroit avec son hara, cet 'océan du souffle' comme disent les Taoïstes."

L'instinct de danser

"Pour France Scott-Bilmann "la danse est un besoin naturel de l'homme". Fluidité de mouvement et frappes des pieds renvient à nos tempos intérieurs. "C'est universel, ajoute t-elle, toutes les danses et musiques du monde sont basées sur la pulsation et la va et vient. cela renvoit au bercement du bébé par la mère, mais aussi à la respiration ou au pouls, vécus rythmiques qui permettent à l'humain de sortir du chaos et de s'inscrire dans l'espace temps."

L'instinct de créer

"Alors, la créativité : innée ou acquise, instinct ou culture ? les deux mon général ! Au niveau humain, la créativité spontanée est à la fois nourrie et bridée par l'éducation et la société, qui nous inculquent tout autant les outils créatifs que la peur du jugement (sauf dans les milieux éducatifs alternatifs). C'est en déposant le mental (nos craintes) que quelque chose nous traverse, nous inspire et devient 'oeuvre'. L'expression de Soi créative tire un trait d'union fécond entre conscient et inconscient."

L'instinct de communiquer avec les animaux

"En communiquant avec les animaux, nous reprenons notre place juste, dit Anna Evans : celle d'une espèce parmi beaucoup d'autres."

L'instinct de dialoguer avec l'invisible

L'instinct de méditer

"La méditation stiumle la face lumineuse des instincts. Toute primitive qu'elle soit, la zeintude est soeur de l'intelligence."

L'instinct de suivre son instinct

"Quoi qu'en pensent les zététiciens, l'existence du sixième sens est une réalité prouvée. Pas seulement chez l'animal mais aussi chez l'humain. On naît intuitifs, mais on peut aussi le devenir. Les arts divinatoires favorisent l'éclosion de l'intuition enfouie."

L'instint d'aider les autres

"Y a-t-il un instinct d'altruisme ? L'équipe de Felix Warneken, du Max-Plank Institute, en est convaincue. Elle a étudié la réaction d'enfants de 18 mois face à des objets que des étrangers laissaient tomber par terre. Résultat : les moutards rendaient les objets, sans même la promesse d'une quelconque récompense. Les humains naissent donc avec le désir inné d'aider les autres."