Hier, alors que nous étions partis le pas léger pour flâner un peu (ce qui est déjà excessivement rare), je me suis retrouvée plus fauchée que je ne l'étais déjà. Et au juste je ne sais pas trop comment cela a bien pu arriver !? La seule fois, où je décide de prendre de l'argent liquide (et une somme importante de surcroît parce que je déteste justement en avoir sur moi et que celui-ci traînait chez nous voilà plusieurs jours déjà), je me retrouve sans le sou en deux temps trois mouvements. Je n'ai rien compris. J'ai payé la caissière, remettant soigneusement le tichet et le billet de 5 euros, refermant d'un zip mon petit porte-monnaie rouge qui m'accompagne depuis fort longtemps (Natan de son petit nom) et quelques toutes petites minutes après, en voulant payer les poissons rouges de ma fille (qui soit dit en passant se réjouissait comme une dingue puisque l'aquarium avait subit un coup de carsher après plusieurs semaines mois passé à l'état sauvage), Antoine s'excite, médisant dans sa barbe le désordre effroyable de mon sac fourre-tout 'je ne trouve pas ton porte-monnaie, comment veux-tu que j'y vois quelque chose là-dedans ?'  'attends, lui dis-je, il est sûrement en dessous de mon agenda' (mais je ne sais pas pourquoi à cet instant un doute m'assaille, car même s'il m'est arrivé à plusieurs reprises de chercher le coeur palpitant de ne plus trouver la petite bêbête, cette fois-ci je n'étais plus convaincue de rien) et là, je tourne, retourne mes affaires; porte-feuille, agenda, papiers divers, lunettes solaires, ...finalement, prise de panique, je renverse le sac et à part quelques miettes coinçées au fond, un vieil élastique et un paquet de chewing-gum dont la date de péremption laisse à désirer, rien, nada, schnol. Envolé le petit porte-monnaie.Voilà, cette fois ça y est mon pote Monnaie s'est fait la malle et le coquin a été gourmand puisqu'il avait dans le ventre de quoi remplir mon frigo pour la semaine...pfff misère...je me retourne, d'un coup tout le monde me paraît suspect et en même temps, je sais pertinemment qu'à part un miracle, il va falloir faire le deuil de retrouver l'ami. Je n'ai pu m'empêcher de me repasser la scène au moins 100 fois, essayant avec acharnement de retrouver une bribe de détails qui aurait pu me redonner un quelconque espoir mais en vain...autant vous dire que j'atais bien amer le restant de la journée.

Ce cadeau m'avait été offert il y a 8 ans par une copine de cours pour mon anniversaire. Aujourd'hui, je souffle mes 31 bougies. L'impression qu'une boucle se referme...étrange coïncidence. Par contre, c'est la fin de mois qui va être plus difficile à boucler. Paraît-il que ce sont les aléas de la vie...