Suite à une conversation bien enrichissante avec une amie, j'avais envie de partager un sujet un peu particulier dans ce billet : l'après naissance et plus particulièrement, celle pour Rakagnak qui s'est déroulée dans des conditions optimales puisqu'il a vu le jour au sein de notre foyer familial, dans la douceur et le respect. Pas de médicalisation, juste la bienveillance d'une formidable sage-femme, chère à mon coeur. SP_A0249
Ce fut, comme la plupart des accouchements, un moment fort et unique ça va sans dire. D'une part, la naissance elle-même et toutes ses sensations de douleur/plaisir mais aussi la découverte de mon bébé, moment magique, miracle de la vie. Seulement ce que j'ignorais alors, c'est la découverte que j'allais faire ou plus précisément les sensations particulières que j'allais ressentir et découvrir les semaines qui suivirent la naissance et la richesse insoupçonnée qu'allait m'apporter ces précieux moments pour l'avenir . Comme sur un nuage d'ouate, comme bercée par le rythme de l'univers, en accord avec la nature, les hormones me transportaient au ralenti dans le temps. Ce même temps n'avait tout d'un coup plus la même lourdeur, la même pesanteur, la même tension que je lui connaissais. Le tic tac de l'horloge n'amenait plus l'angoisse connue depuis l'enfance. Mes peurs les plus archaïques s'étaient volatilisées en même temps. Une pause intersidérale était apparue dans mon petit univers...Je me sentais intensément bien. Intensément heureuse. Intensément Moi. Jamais auparavant, du moins consciemment, je n'avais éprouvé autant de plénitude. Un sentiment pur, profond, presqu'irréel m'avait arraché pour un temps à la violence et la névrose de ce monde. Je me sentais légère et forte à la fois, remplie d'amour, de douceur, d'écoute, d'empathie à l'égard des personnes... L'impression de n'être que don de moi parce que tout ce que je ressentais ne faisait plus appel qu'à ça, à ce besoin, cette élan de générosité, de foi en la vie et en la nature humaine. Au fond de moi, résonnait un calme impalpable à quiconque me voyait. Comme un secret bien dissimulé, j'étais la seule à profiter de la douceur de ces merveilleux instants. En accord avec moi-même, avec tout mon être;  ma tête et mon corps réunit, sur la même longueur d'ondes, au diapason... quelles sensations ! Je vibrais de tout mon être et même si tout devait disparaître, demain ne serait plus jamais pareil, l'expérience est trop riche, trop intense, trop empreinte en moi. Je me souviens m'être nourrie intensément de ces sentiments nouveaux, parce que je savais que chaque jour qui passait m'éloignait peu à peu de ce que je vivais dans l'ici et le maintenant. C'est une chance énorme qui m'a été offerte là. Je savais qu'il fallait que j'y puise ma force pour les moments plus difficiles...C'est à cette même période, que j'avais lu le "concept de continuum" qui m'avait bouleversé, faisant écho en moi avec d'autant plus de force face à ce que je vivais, ayant l'impression d'avoir touché quelque chose de cette dimension là.

Tout ce que je viens de décrire ci-dessus a duré exactement deux mois. Il m'est impossible d'oublier cette palette indescriptible, ce cocktail explosif d'amour dont je me suis remplie. Désormais, c'est avec une nouvelle force que je démarrais le reste de ma vie...