Sur la pointe des pieds, je m'en vais. Pour le moment. Je ne sais pas quand je reviendrais mais un jour sûrement car l'envie de partager, d'écrire est toujours bien présente.

Une tempête s'est réveillée en moi récemment, je me dois de l'apprivoiser. Je ne sais pas quand le calme reviendra mais c'est un temps nécessaire. La vie m'appelle à me (re)poser. Pour mieux me retrouver je l'espère, face à ma réalité. Face à mon existence aussi.

Revisiter le chemin que je parcours. Voir si je ne me suis pas trompée ou si je n'ai pas perdu un peu de moi sur le bord de la route. Peut-être était-ce il y a longtemps ? Je ne sais pas.

Comme une invitation que je ne peux décliner, je vais me laisser guider. Envie de prendre soin de moi, de panser/penser quelques plaies ouvertes depuis fort longtemps. Envie d'être plus indulgente envers moi et par là même en profiter pour apprendre à être plus égoïste aussi. Là où on laisse de la place, on donne l'occasion aux autres de s'y engouffrer et parfois, ça laisse des traces. Moi
J'ai conscience qu'on ne rattrape pas le temps qui passe mais le besoin de s'arrêter pour observer ce temps d'arrêt sur mon existence se fait sentir. Revisiter quelques priorités nécessaires à mon parcours de vie.

Nos rencontres, nos expériences peuvent faire avancer ou reculer...et sur ça, il y a fort à travailler. Le nez dans le guidon, on en arrive à ne plus voir ce vers quoi on tendait. Et à force de vouloir ne voir que les objectifs fixés, on n'y voit plus rien sur ce qu'il y a autour. Un épais brouillard s'installe et avec la tempête ça laisse quelques dégâts par ci, par là.

Si je ferme les yeux et que je me laisse guider avec mon ressenti, je me sens en accord et c'est juste pour moi. Dès lors que j'ouvre les yeux, par peur de perdre l'équilibre, par besoin de repères connus, je deviens aveugle à cette dimension de mon être, je me coupe de moi-même et je ne suis plus dans ce qui est bon pour moi. Pas envie de me perdre de vue. Pas envie d'attendre pour le faire.

Un pas après l'autre...