Des centaines d’études publiées dans les revues scientifiques les plus prestigieuses montrent sans contestation possible que les pesticides, même à des doses infinitésimales, sont de graves poisons qui provoquent de nombreux cancers, bouleversent les systèmes immunitaire et endocrinien, limitent la fertilité, augmentent les risques de malformations intra-utérines. Il est vraisemblable que des milliers de français souffrent d’ores et déjà de maladies, bénignes ou graves, liées aux épandages massifs de pesticides. Il est certain, hélas, que de nombreuses molécules toxiques, mutagènes, cancérigènes, sont fixées dans les graisses de nos corps, qu’on vive en ville o à la campagne. Il est tout aussi sûr que le sang contenu dans le cordon ombilical de chaque nouveau-né est massivement intoxiqué. La situation est folle ? Oui, elle l’est ! L’histoire des pesticides en France est un scandale absolu !

Dans un rapport de 2005, la Direction générale santé-consommation de l’Union Européenne révèle que plus de 50% des fruits et légumes non bio vendus en France contiennent des résidus de pesticides. (http://ec.europa.eu/food/fvo/specialreports/pesticide_residues/report_2001_en.pdf)

Aout 2006 : l’IFEN publie un rapport qui stipule que 91% des cours d’eau et 55% des eaux souterraines contiennent au moins un pesticide ! (http://www.ifen.fr/uploads/media/dossier09_02.pdf)

La France est le premier utilisateur européen de pesticides et le troisième dans le monde, après les USA et le Brésil.

Et à côté de ça ? L’explosion du nombre de cancers ! 278 000 cancers sont diagnostiqués chaque année en France. Ils ont augmenté de 63% de 1978 à 2000. Au total, 1 homme sur 3 et 1 femme sur 4 meurent de cette maladie ! Coïncidence ????!!!!

Certains scientifiques noient publiquement le poisson(exemple : Sir Richard Doll, épidémiologiste réputé, financé secrètement pendant 20 ans par l’industrie chimique et notamment le groupe Monsanto….) et d’autres s’alarment, comme le professeur Belpomme, grand cancérologue français. Et celui-ci précise : « Si les risques liés à l’utilisation des pesticides sont si largement sous-estimés, c’est que les lobbies sont ici extrêmement puissants ! ».

Un exemple ? André Cicolella, chimiste et chercheur à l’INERIS, licencié sans préavis ni indemnités en 1994, pour avoir commis une faute terrible : il a alerté, études à l’appui, sur les risques abominables des éthers de glycol, utilisés dans l’industrie, mais également dans la cosmétologie pour des produits aussi ordinaires que pommades et shampoings….Ces éthers s’attaquent au sang, au sperme, à l’embryon, et peuvent provoquer la naissance de « monstres ».

Gilles-Eric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l’Université de Caen précise : « Nos corps sont devenus des « éponges à polluants ». On trouve dans les gènes de fœtus humains, comme j’ai participé à l’établir, plus de 400 polluants. »

Et pendant ce temps là, combien de milliards d’euros de chiffre d’affaires sont réalisés par les grands groupes de l’industrie chimique et de la grande consommation ?....

« Il n’existe plus d’état démocratique lorsque les puissances financières ont pris le pouvoir en constituant un « état » dans l’état. Les industriels de la chimie, de la pharmacie et de l’agro-alimentaire dirigent désormais tous les états. Les politiques en place en sont les serviteurs zélés…Les citoyens consommateurs sont manipulés, désinformés en permanence, réduits à une condition d’esclaves chargés de procurer du profit à des apprentis sorciers ». (Dr Louis Bon de Brouwer, Cette bouffe qui nous tue ! éditions Oser dire)

« Mais qui mettra en prison les empoisonneurs publics instillant chaque jour les produits que la chimie de synthèse livre à leurs profits et à leurs imprudences ? » (Roger Heim, président de l’Académie des sciences, 1963).

Le livre où vous trouverez toute la vérité : Pesticides, révélations sur un scandale français
http://www.pesticides-lelivre.com/

Battons-nous pour que le mouvement bio addict! progresse....